Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /home/eplante/BLOGUEUSE-CORNUE.COM/wp-settings.php on line 520

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /home/eplante/BLOGUEUSE-CORNUE.COM/wp-settings.php on line 535

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /home/eplante/BLOGUEUSE-CORNUE.COM/wp-settings.php on line 542

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /home/eplante/BLOGUEUSE-CORNUE.COM/wp-settings.php on line 578

Deprecated: Function set_magic_quotes_runtime() is deprecated in /home/eplante/BLOGUEUSE-CORNUE.COM/wp-settings.php on line 18
Élucubrations d’une blogueuse cornue » 2009 » janvier

Archive for janvier, 2009

Étudiant dissipé: le mode d’emploi

janvier 31, 2009 - 11:51 7 Comments

Mode d’emploi du parfait étudiant dissipé:

1. Se rendre à un cours, de préférence très en retard, et faire une entrée remarquée (mais non nécessairement au sens positif de la chose);

2. Passer la majeure partie du temps à papoter avec son voisin;

3. Utiliser son téléphone cellulaire/Blackberry/iPhone à des fins douteuses;

4. Revenir de la pause 10 à 15 minutes après que le prof ait repris son allocution;

5. Poser des questions idiotes parce que ledit étudiant indiscipliné n’a vraisemblablement pas écouté car trop occupé à enfreindre les règles du civisme estudiantin;

6. Filer à l’anglaise 30 minutes avant la fin étant donné que monsieur (ou madame) est vraiment trop important pour être vu entourés de sous-étudiants qui quittent le local en trombe.

Bon. J’exagère un brin. Mais cette mise en scène n’est pas si éloignée de la réalité.

En effet, moi qui croyais qu’un cours de soir à la Faculté de l’éducation permanente s’adresse à des adultes responsables, qui se présentent en classe dans un but précis, soit d’apprendre, eh bien, je m’étais gourée. J’ai parfois l’impression de me retrouver en pleine classe de maternelle…

Depuis la première semaine, quelques étudiants s’installent deux par deux et bavassent durant les trois heures que durent le cours. Ils envoient des SMS en rigolant, parfois in petto, mais le plus souvent avec une condescendance ostentatoire, brandissant fièrement leurs gadgets technologiques. Ils gribouillent des commentaires moqueurs (et bien garnis de fautes d’orthographe) sur des bouts de papier pour se railler du prof ou de l’étudiant Jos-Connaissant. Come on! Échanger des messages de la sorte, oui, je l’ai fait. En première et deuxième année du secondaire. PAS à 28 ans en plein cours menant à un certificat, dans un local rempli d’adultes venus expressément pour acquérir des connaissances professionnelles.

Une question: à quoi bon suivre un cours si ce n’est que pour déconner?

Je vois l’apprentissage universitaire comme un produit pour lequel j’ai (cher) payé, alors j’essaie d’en tirer un maximum de bénéfices, histoire de faire fructifier la somme investie. Pourquoi certains paieraient pour s’engager dans une voie qui ne les motive pas vraiment? Parce qu’ajouter “Certificat en communication appliquée de l’Université de Montréal”, c’est joli dans un CV?

Par respect pour le prof qui livre une très bonne marchandise, si je peux m’exprimer ainsi, et pour le groupe qui, malgré l’heure tardive, écoute et participe activement, je propose que les étudiants dissipés paient  l’entièreté des frais de scolarité de tous les autres. Après tout, ils paraissent s’en foutre éperdument de cet argent dépensé pour rien. :P

***

Ma quasi-absence en tant que commentatrice et blogueuse est due, entre autres choses, à un manque de temps chronique. Mener de front une bataille emploi-études-réorientation de carrière n’est pas de tout repos! C’est pourquoi je sollicite votre bienveillance: cessez momentanément de publier des billets sur vos blogue, faute de quoi mon Google Reader rendra l’âme, enseveli sous des quantités de billets en attente de lecture. :D

Le café, moteur des serial killers

janvier 23, 2009 - 9:55 7 Comments

C’est maintenant confirmé. Tôt ou tard, ce fameux élixir qu’est le café me fera courir à ma perte.

Non seulement il sera responsable de l’amenuisement de ma poitrine, mais cette fois-ci, le café pourrait  aussi affecter mon équilibre psychique. D’ailleurs, à ce sujet, je remercie un confrère de m’avoir communiqué la nouvelle, sans quoi je serais encore dans le néant le plus total.

Car, selon l’article de Stéphanie Bérubé:

Les grands buveurs de café seraient plus susceptibles d’entendre des voix ou même de sentir la présence des morts, conclut une étude anglaise qui établit un inquiétant lien entre café et hallucinations.

(Source: Cyberpresse)

C’est donc dire que si un jour, dans un élan de folie destructrice, je trucide tous les membres de mon voisinage avec comme unique prétexte que euh, que sais-je, c’est lundi,  lors de mon procès, je pourrais invoquer un accès de démence attribuable à la voix du Grand Méchant Lundi qui a pris d’assaut mon esprit, m’enjoignant de perpétrer un acte d’une abjecte violence.

Tenez-vous le pour dit: à l’intérieur de la caféinomane que je suis sommeille une dangereuse meurtrière qu’il serait bon de ne pas contrarier! :D

As-tu une pièce d’identité?

janvier 19, 2009 - 9:43 13 Comments

Ma journée de travail fut raccourcie pour cause d’invasion microbienne. Ayant au préalable réglé tous les “oh-merde-c’est-lundi”, j’ai décidé de partir plus tôt pour éviter d’avoir l’air d’un cyborg sans émotions derrière mon écran d’ordinateur. Toutefois, je devais d’abord me rendre au Casino de Montréal histoire de tirer profit d’un certificat-cadeau qui arrivait à échéance… aujourd’hui même.

Petite visite rapido-presto du côté de la ligne jaune du métro. Depuis sa création, je crois m’être rendue au casino tout au plus cinq fois, aussi je connais très peu l’emplacement des différentes sections de l’établissement. À mon arrivée, le souffle court pour cause de toux intempestive, j’ai demandé à un agent de sécurité à l’accueil comment je pouvais me rendre à la boutique du casino. Ce dernier m’a regardé, amusé.

- Je vais t’expliquer tout ça une fois que tu auras déposé ton manteau au vestiaire.

Ah. Je me suis exécutée et je suis revenue vers le type qui me toisait de la tête aux pieds. J’avais la vague impression qu’il s’adressait à moi comme à une gamine, me tutoyant gros comme le bras et ne semblant vraisemblablement pas me prendre au sérieux. Et ce genre d’attitude m’insulte quelque peu - comme la fois où un vendeur de la SAQ m’a presque renvoyé du revers de la main alors que je m’apprêtais à acheter une luxueuse bouteille de porto pour chéri, se fiant probablement à mon apparence d’éternelle échevelée en veste de coton ouaté. Bref. L’employé du casino affichait le même air un brin condescendant.

- As-tu une pièce d’identité avec toi?

Bon. Je veux bien croire que j’arborais aujourd’hui un look vestimentaire à mille lieux de la femme de carrière  (pensez superposition de tissus et d’accessoires noirs et mauves) et une coiffure juvénile, mais sa conduite m’a laissée un peu perplexe.

Je lui ai donc tendu ma carte d’assurance maladie (je suis native de février 1980, moi, môssieur), qu’il a  longuement observée, sans toutefois se défaire de son sourire narquois.

- Alors, Émilie, pour te rendre à la boutique ……. bla bla bla.

De quatre choses l’une:

1) Ou bien il a vraiment cru que je voulais pénétrer “illégalement” dans ce lieu de perdition;

2) Ou alors il voulait tout bonnement se payer ma tête;

3) Ou il souhaitait connaître mon nom, raison pour laquelle il m’a donné les indications après m’avoir appelée par mon prénom;

3) Ou encore c’est que je paraissais excessivement suspecte. Ouain, en y songeant bien… Vous en connaissez beaucoup de jeunes femmes qui font des visites éclairs à la boutique du casino en plein milieu de l’après-midi, alors que la place fourmille de vieux et de paumés en tout genre, qui perdent temps et argent dans les machines à sous?

Il s’agit là d’un mystère qui ne sera jamais résolu. :-P

Chaos calme: Chroniques d’une douleur inexistante

janvier 19, 2009 - 7:49 1 Comment

Il y a quelques jours, j’ai terminé le roman Chaos calme de Sandro Veronesi, que j’avais commencé il y a plusieurs mois déjà, mais que j’avais laissé de côté, entrecoupant la lecture de cet ouvrage avec d’autres bouquins, comme il m’arrive souvent de le faire lorsque je ne suis pas complètement happée par la trame d’une histoire.  Disons que Chaos calme appartient à cette catégorie de livres qui ne s’absorbent pas nécessairement d’une traite, parce que, trop calmes, justement. La narration n’a rien d’ennuyeux, au contraire. Plutôt inattendue, l’évolution du récit se vit comme un feuilleton qui se laisse “mijoter”, si j’ose dire. Inutile d’attaquer l’histoire comme s’il s’agissait d’un long-métrage, vaut mieux l’aborder à la petite semaine. ;)

Dans Chaos calme, l’auteur relate l’histoire de Pietro Palladini, milanais d’origine romaine, la quarantaine, bossant dans l’industrie télévisuelle. Alors que son frère et lui tentent de rescaper deux dames sur le point de se noyer, Lara, la conjointe de Pietro, périt accidentellement. Le sauvetage d’une étrangère survient simultanément avec la mort tragique de l’être aimée… De quoi plonger quiconque dans le remord absolu. Mais il n’en est rien. Pietro et sa fillette de dix ans ne ressentent vraisemblablement pas la douleur de perdre une femme et une mère. Ils ne vont pas mal. L’intangible deuil qui est le leur ne provoque ni crise de larme ni neurasthénie.

Contre toute attente, le quadragénaire décide plutôt d’attendre que les signes d’une affliction, anticipée par tous (parce que supposément normale), se manifestent. Et il attend et attend, en vain. Soucieux du bien-être de sa fille, il se poste devant l’école que fréquente la gamine. D’autant plus que l’atmosphère du bureau n’a rien de très gai et que les rumeurs de fusion vont bon train. Dès lors, il ne remettra plus les pieds au bureau et vaquera à ses occupations quotidiennes à l’intérieur de sa voiture ou au café du square. Cette audace que d’aucuns jugent comme farfelue surprend proches et collègues, qui voient dans ce geste un cri de désespoir. Mais il n’en est rien. Pietro ne vient pas à bout de ressentir ne serait-ce qu’une seule once de réelle tristesse. En revanche, tous ces êtres qui l’entourent, belle-soeur, petits collaborateurs et gros bonnets de l’industrie, se confieront à lui, à tour de rôle. Tous ces gens qui défilent devant lui, qui s’épanchent et lui font miroiter un mal de vivre que Pietro ne soupçonne pas toujours, ne parviennent pas à lui faire goûter à une détresse qui, finalement, ne va pas de soi.

Ainsi plongé malgré lui dans un rôle de confesseur, Pietro Palladini sera le témoin de  quelques parcelles de  la véritable existence que mènent ces hommes et ces femmes.

Comme je l’ai mentionné précédemment, l’idée derrière ce roman est certes intéressante et sort de l’ordinaire. Toutefois, je reconnais que l’histoire est par moments un peu dispersée et que l’ouvrage recèle de quelques longueurs. Le style est relativement fluide et peu complexe. Le genre de roman tranquille,  distrayant et apaisant. Je vous suggère donc de parcourir Chaos calme avec un zeste de détachement qu’il est parfois bon de s’accorder dans cette course effrénée qu’est la vie.

***

Chaos calme
De Sandro Veronesi (J’ai la berlue, ou bien sur le lien proposé à gauche, Veronesi est le portrait tout craché d’Yves Montand?!?)
Paru aux Éditions Grasset, 505 pages.

Tu sais que tu es accro à Séries +…

janvier 16, 2009 - 8:00 7 Comments

Lorsque tu trouves qu’une de tes collègues de classe ressemble à s’y méprendre à Veronica Mars et que tes divagations oniriques paraissent sortir tout droit d’un épisode de Bones.

Trop de tivi nuira tôt ou tard à mes neurones déjà un tantinet endommagés.

Les Verseaux ont le vent dans les voiles

janvier 15, 2009 - 10:50 No Comments

L’année 2009 débute sur une très bonne note pour le Verseau que je suis.

Cette semaine, déjà, deux grands recommencements ont permis à mes lèvres de s’orner d’un sourire quasi perpétuel (bien que la grippe d’homme de chéri m’empêche de dormir la nuit parce qu’il ronfle la première moitié et tousse le reste du temps): retour à la vie d’étudiante et une nouvelle (et très attendue) saison des Invincibles. Il y a de quoi jubiler. En outre, j’aurai congé chaque mercredi, histoire de me consacrer à deux aspects primordiaux de ma “nouvelle vie”: mon cours de communication organisationnelle ainsi que ma recherche d’emploi. Congés dûment mérités, d’autant plus que j’ai pris très peu de vacances et de journées de maladie durant l’année financière qui se terminera à peu près en même temps que la fin de ce présent trimestre scolaire.

Et ce n’est pas tout. Selon toute vraisemblance (ahem), même les astres se veulent cléments envers mon humble personne. Après une année de tous les désespoirs en 2007, je souhaitais que l’année 2008 me laisse un peu de répit, ce qu’elle a fait. En 2008, lorsque des proches me demandaient quoi me souhaiter pour 2008, je répondais platement vouloir une année ennuyeuse, sans remous. Exit les vagues. J’en avais eu ma claque de voguer en eaux troubles. J’ai effectivement eu le temps de souffler en 2008, en fait même, de réapprendre à respirer. De me reprendre en mains et de décider, une bonne fois pour toute, ce que je voulais faire de ma vie et ce, de manière réaliste. Et réalisable.

Et partout, on me promet une année exceptionnelle. 2009 me sourit de toutes ses dents sans plombages et les diseuses de bonne aventure des temps modernes m’enjoignent de foncer tête première dans d’ambitieux projets.

À en croire les horoscopes qui pullulent sur le web et dans les revues, 2009 m’apportera  non seulement chance et renouveau, mais également la confiance en moi qui me manquait jusqu’ici. L’an de grâce deux-mille-neuf permettra à mon sort de s’améliorer de manière notable. On me promet une réorientation de carrière (ben, tiens!) de même qu’une période de profond changement au travail (ben, tiens, bis!). J’obtiendrai enfin ma juste part de reconnaissance et possiblement un peu plus d’indépendance en matière professionnelle. Étrange coïncidence, les condisciples de Jojo Savard ont observé dans leur boule de cristal que le Verseau bifurquera vers un rôle de conseiller, un emploi en communication ou en enseignement.

Par ailleurs, l’année 2009 sera très remplie au niveau social. Toutes les cases de mon agenda se rempliront allègrement de temps consacrés à d’amusantes distractions et à des rassemblements amicaux.

Côté coeur, il s’agit apparemment d’une année sans pareil pour consolider les liens entre mon amoureux et moi. Il est également question d’une promesse de bonheur qui insufflera une dose d’effervescence à ma vie sentimentale. On se croirait presque dans un épisode des Feux de l’Amour, expression factice en moins.

De plus, j’aurais intérêt à me mettre à pratiquer régulièrement une activité physique ou à reprendre un exercice laissé de côté (Mon abonnement au gym que je paie sans en profiter? Le jogging que j’ai  négligé depuis mon déménagement?).

Enfin, sur une note plus cocasse, une astrologue à gogo prédit l’internement d’un être cher ou le mien. O_o

Bon, j’me peux plus. Avec d’aussi belles prévisions, j’ai envie de me garrocher partout. De soulever une montagne une grosse roche un caillou drette là. D’autant plus que cette ère de bonne fortune ne reviendra apparemment pas avant 12 ans. Il faut que j’en profite dès aujourd’hui. Alors en 2009, soyons fous, Verseaux de ce monde et dominons cette planète. :D

En terminant, je vous copie-colle une description de mon signe astrologique, qui se reflète très exactement ma personnalité:

Personnes nées entre le 20 janvier et le 18 février

Votre portrait

Points faibles : circulation sanguine, faiblesse urinaire, problème hormonal et respiratoire

Caractéristiques
Intelligent(e), doté(e) d’un esprit analytique, mais peut-être trop entier(ère) et trop perfectionniste, vous êtes en perpétuelle mutation. Explorateur(trice) dans l’âme, vous aimez aller à la découverte, adorez les nouvelles expériences en tout genre et voyagez le plus souvent possible. On vous dit froid(e), je dirais que vous êtes porté(e) à l’introversion et que vous êtes très digne. En fait, vous avez besoin de communication, même si vous ne vous livrez pas facilement et si vous êtes indépendant(e) en amour. Fiez-vous à vos intuitions, mais maîtrisez votre irritabilité.

Votre vie de couple

Vous êtes une femme :
Vous n’êtes nullement une fanatique du mariage. C’est même tout le contraire ! Pour vous, les conventions sociales n’ont aucune réelle signification, et la liberté, seule, permet à un véritable amour de prendre toute sa dimension. Vous pouvez parfaitement vivre plusieurs années avec votre partenaire sans passer devant Monsieur le Maire. Mais, à la naissance de votre premier enfant, vous vous sentez obligée de reconsidérer la situation. Et, si votre bien-aimé insiste, vous finissez par accepter de régulariser votre union. Cependant, votre partenaire ne doit surtout pas commettre l’erreur de vous enfermer dans une cage, même dorée ! Vous priver d’espace vital, c’est vous faire mourir à petit feu. Et vous ne songez plus, alors, qu’à vous enfuir à tire-d’aile. Comme vous avez une sacrée horreur de la routine et des habitudes, l’homme de votre vie se voit obligé de déployer des trésors d’imagination et d’originalité pour donner à votre vie conjugale un ton d’improvisation permanente.

Source: Horoscope, Le journal des femmes

La semaine prochaine, chez la Blogueuse Cornue, nous recevrons Minou Bédard, astrologue réputée, qui possède un talent des plus singuliers: elle lit l’avenir dans le toupet de Stephen Harper. :D

Livres Académie

janvier 13, 2009 - 5:56 6 Comments

J’ai évoqué, dans ce billet, ma participation au défi lecture Blog-o-Trésors. J’attendais la publication de la méga-liste afin de choisir (seulement!) 4 titres que je devrai lire au cours de l’année.

Le choix fut ardu, mais j’y suis parvenue! Voici ma sélection:

Allende Isabel, La Maison aux esprits

Je songe à lire ce bouquin depuis des lustres. Depuis que j’ai vu le film, à vrai dire. Ce qui remonte à une bonne dizaine d’années. C’est le moment ou jamais!

Baudelaire Charles, Les Fleurs du Mal

Un autre classique dont je connais (et apprécie) déjà quelques passages et que j’aimerais apprivoiser au complet.

Khadra Yasmina, Les Hirondelles de Kaboul

J’ai lu et entendu de fort bons commentaires au sujet de ce livre qui a piqué ma curiosité il y a quelques mois, à la librairie. J’ai même failli l’acheter l’automne dernier. L’occasion se présente enfin!

Tartt Donna, The Secret History/Le Maître des illusions

J’ai acquis cette brique lors d’une collecte de fonds au travail. Des collègues vendaient des livres usagés pour amasser de l’argent en vue de je ne sais plus quel projet. Il s’agit du seul des quatre livres dont je dispose déjà. D’ailleurs, il prend la poussière dans une de mes bibliothèques Leksvik depuis au moins cinq ans! Il est grand temps que je passe à l’attaque.

Toutefois, avant d’entamer l’un de ces quatre titres, je me propose d’abord de terminer deux ouvrages en cours de lecture: Chaos calme de Sandro Veronesi et La belle romaine d’Alberto Moravia (tiens, je fais dans les auteurs italiens ces temps-ci!). Je consulterai sans doute également le bouquin traitant de bouddhisme, acheté tout juste la semaine dernière.

Et vous, quels sont vos choix? :)

Extreme Makeover: Muffin Edition

janvier 10, 2009 - 1:06 6 Comments

En début de semaine, j’ai eu l’idée de cuisiner une douzaine de muffins afin de me débarrasser des bananes trop mûres que chéri a voulu acheter quelques temps auparavant. Et qu’il allait finalement laisser mûrir ad vitam aeternam si je n’intervenais pas illico. Pour éviter de me compliquer la vie, j’ai simplement ajouté les bananes amoureusement écrasées à un mélange à muffin en sachet.

Je lisais distraitement la marche à suivre sur l’emballage, tout en versant le contenu dans un grand bol.

3 tasses de mélange…

Verse, verse.

3 tasses d’eau…

Tout à coup, un point d’interrogation s’est formé dans ma tête en voyant l’aspect du mélange. Hein!?!

De la f****** soupe aux muffins.

Voilà ce à quoi ressemblait le contenu du récipient. En vérifiant sur le sachet, je me suis rendue compte qu’il  m’aurait fallu incorporer 3/4 de tasse d’eau froide plutôt que trois. Quelle étourderie. Le hamster de mon cerveau s’est donc subitement activé à faire tournoyer sa petite roue. Galope, galope, le hamster.

Clic. Une idée a surgi de mon esprit.

J’ai fouillé dans le garde-manger en quête d’un autre sachet de mélange à muffins, dont j’ai versé une partie du contenu à même ma  très *appétissante* soupe aux muffins. J’ai rajouté un oeuf et ai agité le tout à l’aide d’un fouet. La texture a épaissi un peu. Le mélange paraissait encore un peu liquide, mais la consistance me permettait maintenant d’en faire ce à quoi le destin les avait préparé. Car il ne faut pas badiner avec le destin.  :D Évidemment, je me retrouvais alors avec une énorme quantité de pâte, trop pour mon seul moule à muffins.

Comme la cuisinière aguerrie je suis (après cette cuisante défaite) possède plus d’un tour dans son sac, j’ai transvidé le reste du mélange dans un plat en pyrex, en prenant soin d’y ajouter une poignée de canneberges et  quelques amandes effilées.

Cette expérience culinaire a failli tourner au fiasco, mais je m’en suis finalement habilement tirée. Même que chéri a particulièrement aimé la texture moelleuse de ma création culinaire. Il a d’ailleurs rebaptisé mes cupcakes mous en usant du vocable mouffins. C’est qu’il a une sacrée dose d’humour, ce chéri. :-P

Les mouffins, bons au goût, moelleux à souhait. Bientôt dans une épicerie près de chez vous. :D

Soirée diabolique

janvier 7, 2009 - 11:51 9 Comments

L’exposition Sympathy for the Devil: art et rock and roll depuis 1967, qu’accueille actuellement le Musée d’art contemporain de Montréal, en est à ses derniers tours de piste de tourne-disque. Raison pour laquelle j’ai décidé de profiter de la gratuité du mercredi soir pour aller y faire un tour. (Et  parce mes congés des Fêtes non rémunérés m’ont totalement fauchée. Mais chuuttt! Ce motif est assez cheap, merci, alors prière de ne pas le révéler à tout le monde. :D )

Déformation professionnelle oblige, je griffonne souvent notes et croquis lorsque je visite une exposition. Or, étant sortie chez moi en trombe ce matin, j’ai complètement oublié de glisser un carnet dans mon sac, en prévision de ma visite au MACM. Et dieu sait pourtant que ce ne sont pas les carnets qui manquent à ma collection de carnetomane! C’est pourquoi, en allant casser la croûte au centre-ville, j’ai voulu arrêter au Archambault du Complexe Les Ailes histoire de me procurer un énième bloc-notes de fantaisie. Je me suis cependant heurtée à des portes closes pour cause de fermeture. Fermeture qui survient apparemment pour des raisons hors de leur contrôle, si je me fie à l’avis posté sur la devanture de la défunte boutique. Étrange. Et décevant. Car cette succursale me plaisait bien. J’y ai fait de nombreuses découvertes musicales et littéraires et ai été servie par un personnel toujours courtois et hyper motivé (et j’y ai même croisé un certain chroniqueur culturel que je  me plais à bitcher allègrement chaque fois qu’il présente son interlocuteur le yeux rivés sur ses *@$-]bordel `]##* de petits cartons).

Mais bon, revenons à nos moutons. Ou en fait, nos carnets.

Bredouille, j’ai donc décidé de me diriger vers la succursale de la Place des Arts, qui m’emballe moins, car trop exiguë, toujours trop achalandée et dont l’éclairage m’indispose, car trop blanc, trop cru. Impossible de vaquer zènement (!) à mes plaisirs de shopaholic sous une lumière blanche, vive et à la limite, brutale. Je préfère nettement les environnements agrémentés de tons chauds, moins agressants. Plus cozy.

[Je m'égare encore. J'ai cette fâcheuse manie, je m'éparpille. Et il n'est pas uniquement question du fatras qui jonche mes tables et bureaux, ici et là, mais aussi de mes pensées dispersées dans tous les recoins de mon esprit tout aussi bordélique.]

Bon. Un peu de discipline!

Ah oui. La succursale de la Place des Arts. Cette fois-ci, ma recherche n’a pas été vaine. Non seulement j’ai déniché un magnifique cahier orné d’une couverture évoquant le Livre de Kells (oeuvre sensationnelle que j’affectionne particulièrement!), mais également un mignon étui rose pour ranger quelques crayons (je suis parée pour la rentrée qui aura lieu le 13 janvier!), ainsi qu’un bouquin qui m’a paru intéressant, Le Bonheur est entre vos mains. Petit guide du bouddhisme à l’usage de tous (de Dzigar Kongtrül, le genre de nom qui récolterait une méchante trâlée de points au Scrabble).

J’étais donc fin prête à débuter ma visite.

En fait, pas tant que ça.

Je n’étais jamais allée au MACM un mercredi soir, préférant toujours le visiter de jour afin d’aller et venir librement sans me sentir comprimée dans une masse hétéroclite, bruyante et dérangeante. Because je vais au musée comme d’autres vont à l’église, tsé. Les institutions muséales sont mes lieux de recueillement, d’extase, de contemplation. Par contre, les gardes en uniforme ne me tendent jamais d’hostie. Allez savoir pourquoi. :-P

D’emblée je dois admettre que l’exposition Sympathy for the Devil a été orchestrée de manière magistrale. Toutefois, il est assez ardu de l’apprécier à sa juste valeur lorsque des hordes de hiptsers (et wannabe hipsters) prennent d’assaut les salles, Iphone à la main, photographiant leurs semblables, affublés de gigantissimes lunettes (qu’ils auront préalablement chopé à leur grand-mères, bande de vilains garnements) de tricots d’une mocheté à effrayer un toupet de premier ministre conservateur, de jeans hors de prix, enserrant le peu de chair qu’ils nourrissent à coups de chai latté et de cigarettes importées. Le MACM serait-il devenu le repère cool des hippies bourgeois nouveau genre? Meh. Ça leur passera sûrement. (Bitchage pré-menstruel? À peine!)

Trève de médisance.

Organisée par le Museum of Contemporary Art of Chicago, cette exposition est présentée en primeur au Canada. Ici même à Montréal, mesdames et messieurs! Et vous l’aurez sans doute deviné, elle traite notamment de l’analogie et des couplages entre l’art et la musique rock and roll, en présentant un parcours éclaté et les oeuvres les plus diverses. Intéressant, coloré, saturant les sens de stimuli en tous genres.

Si vous voulez en avoir le coeur net, accourez vers le MACM à toute vitesse (en faisant tout de même attention de ne pas déraper sur les trottoirs glacés, hein, je ne voudrais pas être la cause de vos blessures), car l’exposition prendra fin le 11 janvier.

Finalement, ma soirée s’est terminée de manière plutôt insolite. En rentrant chez moi, fourbue mais charmée, j’ai recouvert ma tignasse d’une tuque rouge aux cornes de diablotin en sortant du métro.  Un type à la démarche claudicante s’est faufilé devant moi, puis, après un moment, a stoppé net et s’est retourné. Il m’attendait, vraisemblablement. Lorsque je suis arrivée à proximité de l’homme, il m’a lancé un regard énigmatique en me demandant sur un ton ésotérico-intoxiqué:

- Eille, es-tu médium?

O_o

Dans la série ça n’arrive qu’à moi, avouez que j’ai le don de me faire aborder par de fameux spécimens issus d’une populace aussi bizarre.

Ils sont fous ces Chinois

janvier 5, 2009 - 9:23 2 Comments

À l’instar de la célèbre Mafalda, les Chinois commence à m’inquiéter sérieusement.

Surtout quand je tombe sur une aberration comme celle-là:

Provient de l’emballage de crampons que m’a offert ma patronne.

En échange des deux semaines de vacances qu’elle décide de prendre à un moment où je risque d’avoir encore plus de boulot qu’à la normale (l’anormale, devrais-je dire), j’ai droit, en retour, à une paire de crampons. Woohoo les bénéfices marginaux!